Visiter notre jardin personnel : Montjoie

Un jardin familial avec son potager, ses 215 rosiers et ses allées ombragées

Venez découvrir en mai-juin sur rendez-vous 

ou le premier WE de juin, sans rendez-vous, 

notre jardin personnel, où nous avons testé bien des plantes.

Vous pourrez voir in situ le résultat des plants que vous achetez.

Pauline vous accueillera avec plaisir et pourra vous guider dans vos choix.

Visite du jardin de Montjoie à Sainte Pexine sur RDV au 06 23 77 90 66 en mai et juin

et aux Rendez-Vous aux Jardins tous les 1ers WE de juin

Interview et visite de notre jardin personnel : Montjoie

Marion Dubois  article 2017 Ouest France

Les 3 et 4 juin, 32 parcs et jardins vendéens ouvrent leurs allées au public. Celui de Montjoie, à Sainte-Pexine, fait partie des trois nouveaux. Rencontre avec le couple jardinier.
D’officier à jardinier, Denis Gillard-Chevallier a trouvé un nouveau terrain. Pourtant, le jardin a été imaginé pour madame. « Nous voulions une maison avec un jardin pour m’occuper », confie Pauline Gillard-Chevallier. Monsieur, militaire de carrière, a fait connaître près de quinze déménagements à sa famille. L’achat de la maison secondaire, à Sainte-Pexine, a permis au couple et ses cinq enfants d’avoir un pied-à-terre.

Un jardin résistant

En 1997, il ne ressemblait en rien au jardin bien fleuri d’aujourd’hui. « Il était envahi d’herbes folles, de ronces, de prunelliers et d’ormes mourants », se remémore Pauline Gillard-Chevallier. À toutes les vacances, la famille revenait se ressourcer à Montjoie. Mais le reste du temps, personne n’entretenait le jardin. « Il devait résister à nos absences. Nous avons mis beaucoup de paillages et planté que ce qui pouvait survivre sans nous » Roses et plantes vivaces sont reines au jardin de Montjoie.

Il y a deux ans, la famille s’installe définitivement en Vendée. Denis Gillard-Chevallier, officier retraité, retourne à l’école. « J’ai repris une formation de paysagiste au lycée Nature de La Roche-sur-Yon. Je voulais donner un nouveau rebond à ma vie », fait savoir le jardinier, d’un sourire jovial. Avec sa femme, ils ont même racheté une pépinière, Les jardins de Phocas à Saint-Cyr-en-Talmondais. « J’avais déjà le sens des responsabilités à l’armée, je voulais retrouver un travail d’équipe », explique Denis Gillard-Chevallier. Le couple aime aussi le contact avec les gens.

210 variétés de rosiers

Au jardin, la répartition est la suivante. La responsabilité des fleurs pour madame, le choix des arbres pour monsieur. Si cette année, le couple ouvre les portes de son jardin secret pour la première fois, c’est qu’il se sent prêt. « Avant, c’était nous qui visitions le jardin des autres. Nous avons eu envie d’offrir une balade agréable. »

En franchissant les portes de leur propriété de deux hectares, vous serez surpris de la variété de leurs roses et de leur nombre : « 210! », annonce la jardinière. Chaque ami qui leur a offert un pied, voit son nom et la date affichée dans le jardin. Vous observerez aussi le potager bien pensé et les carrés de fleurs organisés par couleurs.

Articles similaires :

Lavande vraie ou lavandin, quelle différence ?
Entretenir ses rosiers
Cultiver un citronnier en pot