à faire en MARS

Les jours rallongent, l’air se réchauffe et entre deux giboulées, un grand soleil nous annonce le printemps prochain. mais n’allons pas trop vite, des gelées peuvent encore compromettre bourgeons et jeunes pousses…

  1. DÉBUT  mars, c’est le meilleur moment pour tailler vos rosiers. Par temps sec, pour que la cicatrisation se fasse bien et avec un bon sécateur bien affûté et nettoyé à l’alcool.

Souvent il y a déjà quelques feuilles. Taillez donc au-dessus de la troisième feuille (ou du troisième bourgeon) tournée vers l’extérieur.  Taillez bien sûr  à leur base les tiges mortes ou trop frêles. Aérez le centre de l’arbuste s’il est trop fouillis, selon l’espèce.

– Tous les rosiers buissons se taillent de cette manière : à grosses fleurs, hybride de thé, polyantha, floribunda, miniatures, etc. (ce qui revient à les tailler à 20 / 50 cm du sol environ )

– Les rosiers botaniques, de Bourbon, de Chine, de Portland, Alba, centifolia, de  Damas, mousseux, primprenelle, Galliques, remontant ou non,  se taillent en revanche après la floraison (en été ou fin d’été)   : on les rabat d’un tiers ou d’un quart, et on peut supprimer les tiges les plus âgées.

ENTRETIEN de vos rosiers : ceux que nous sélectionnons aux Jardins de Phocas sont résistants et très résistants aux diverses maladies. mais il peut arriver que selon les conditions climatiques ou la situation plus ou moins confinée de votre rosier, vous ayez malgré tout à lutter contre

  • le marsonia (maladie des tâches noires ) : traiter avec un produit anti fongique, type bouillie bordelaise (il en existe une incolore) . vous pouvez aussi faire vos purins (orties, consoude, prêle, fougère, selon ce que vous avez chez vous) pour les fortifier. Pulvériser sur les feuilles, un jour gris sans pluie et sans soleil, 2 fois  en début de saison ( avril et mai/juin par exemple) .
  • l’oidium (les feuilles sont couvertes d’un feutrage blanc) : la bouillie bordelaise agit là aussi en préventif.  on peut au printemps pulvériser du souffre (une fois par semaine, 10g / 10 litres d’eau), ou du bicarbonate de soude (5g par litre d’eau + une petite cuill d’huile de cuisine), cela paralyse le champignon.  Le lait est aussi efficace ainsi que les purins (ortie, prêle  : Sélectionnez 100 g de feuilles fraîches, laisser macérer dans un litre d’eau pendant 24h et faire bouillir, puis filtrer et diluer à 10% avant de pulvériser sur les feuilles.)
  • les pucerons. les coccinelles devraient s’en régaler et cela ne met pas en péril votre rosier. S’il y en a beaucoup, vous pouvez pulvériser un peu de savon noir ( une cuill à soupe dans un litre d’eau).

Engrais : on peut fertiliser une première fois au printemps (mars/avril)et une deuxième après la première floraison (mi juillet) .  Utiliser un engrais complet avec magnésie. Vos rosiers se plaisent le mieux dans un sol avec un pH ou taux d’acidité optimal (un pH entre 6,5 et 7,5 est idéal) . ils préfèrent une terre lourde mais bien drainée. On peut apporter une fumure organique (corne broyée, sang desséché)   –   Les formules NPK d’engrais pour rosiers disponibles dans le commerce sont en général riches en K, par exemple : NPK 9-14-19, NPK 15-9-16, NPK 10-8-17 et sont souvent sont aussi enrichis en magnésium, qui aide la plante à lutter contre les maladies2

  1. Vous pouvez aussi tailler vos vivaces et nettoyer vos massifs en faisant un peu de ménage. Enlever les mauvaises herbes.  Vous pouvez couper les grosses têtes de vos hortensias. Ne coupez pas trop bas et juste au dessus d’un bourgeon. Ne coupez surtout pas les pousses qui se finissent par un bourgeon : ce sont les futures fleurs.

.

 

  1. Surveillez bien vos buis et l’apparition éventuelles de la chenille et des papillons (pyrale du buis) qui peut vous dévorer un buis entier en une nuit…  acheter en avance pièges à phéromones et Bacillus  thuringiensis, insecticide biologique efficace, en pulvérisant tous les 15 jours dès l’apparition des chenilles.