Les bienfaits de la tanaisie

La Tanaisie, belle et utile

Connaissez-vous la tanaisie ? oui, sûrement ! Son nom latin est Tanacetum vulgare : Vous la trouvez aux bords des chemins à l’état sauvage et aussi dans les jardins. Vous pouvez la cultiver au potager ou dans vos massifs. 

Belle de juin à octobre sans discontinuer avec ses jolis capitules groupés d’un très beau jaune vif lumineux, supportant très bien n’importe quelle condition de culture, et notamment la sécheresse.

Utile car c’est une plante fortement insecticide, repoussant toutes sortes de nuisibles au potager et dont les décoctions ou purins sont aussi insecticides et fongicides.

La cultiver dans son jardin

Choisissez un coin du potager ou un massif, au soleil, dans toutes sortes de terre (sauf trop acide ou trempée, et avec une préférence pour l’argile ), et semez-là en mars-avril ou à l’automne. Achetez des godets en pépinière ou récupérez des plants sauvages. 

C’est une vivace de la famille des astéracées, ne demandant aucun entretien, si ce n’est une taille en automne au pied.  Sans arrosage, elle supporte très bien la sécheresse. 

Elle répand une forte odeur de camphre et elle attire les abeilles qui la butine avec ardeur. Elle éloigne cependant bon nombre d’insectes. On la plante près des pommes de terre où elle permet d’éloigner les doryphores. Près des choux pour éloigner les chenilles de piérides ou les mouches. Près des poireaux contre le ver. Elle attire les pucerons ce qui peut protéger ses voisines de l’invasion.

Son feuillage qui ressemble à celui de la fougère est très découpé. Elle se répand facilement grâce à son rhizome traçant.

Elle mesure 1 m à 1m50 de haut et se tient bien droite sur des tiges résistantes. La Tanaisie ne craint pas le froid et accepte des gelées jusqu’à -15°C.

Faire un purin de tanaisie

C’est une opération très simple. On coupe 2 kg de feuilles et de fleurs qu’on met dans un seau en plastique. On recouvre de 10 litres d’eau, on couvre, on laisse dehors et on remue tous les jours avec un bâton. Le mélange va fermenter doucement selon la température extérieure en 8 à 10 jours. Quand il ne fait plus de bulles, on peut le filtrer : on récupère le jus sans les feuilles. On  peut stocker ce liquide dans un récipient opaque et fermé pendant plus d’un an.

On le diluera ensuite à 20 % pour être pulvérisé sur les plantes et servir soit d’insecticide soit de fongicide contre le mildiou ou l’oïdium par exemple. ( 2 litres de purin pur + 8 litres d’eau ou 200 ml et 800 ml) 

Fleurs ou feuilles séchées

 

On peut en cueillir des beaux bouquets pour fleurir sa maison mais aussi pour les faire sécher. Fleurs et feuilles sont utiles avec quasiment les mêmes propriétés. C’est un très bon anti-mites dans les armoires.  En petits bouquets secs ou en sachets comme on fait avec la lavande.  Anti-tiques, punaises, tenthrèdes etc… On peut les suspendre au poulailler pour éloigner puces, poux et autres insectes nuisibles. On peut faire sécher les feuilles et les répandre dans les litières.

 

Macération, décoction, infusion

Pour un usage plus rapide, on peut faire différemment ; 

Une macération : on fait tremper 30g de fleurs dans un litre d’eau de pluie pendant 3 jours au soleil. Utiliser pure en pulvérisation contre le mildiou et l’oïdium sur les pommes de terre et les tomates.

Une décoction : Hacher 30 g de fleurs/feuilles séchées (ou 300 g si elles sont fraiches) et faire macérer une journée dans 1 litre d’eau de pluie. Puis faire bouillir le tout 40 min. On filtre. On met au frigidaire une journée. puis on peut pulvériser comme insecticide contre les carpocapses, les cochenilles, la mouche de l’oignon, le ver du poireau, la piéride du chou…. Conserver 30 jours maximum au frais et à l’abri de la lumière. C’est plus efficace et plus concentré avec les fleurs.

Une infusion : On verse de l’eau bouillante sur  la même dose de fleurs ou de feuilles . On laisse refroidir et infuser une journée puis on pulvérise en curatif  2 fois à 2 jours d’intervalle) ou en préventif une fois par semaine pendant la durée de la culture.

 

On pulvérise toujours le soir, car les principes actifs se dégradent rapidement à la lumière.

 

Comestible ou toxique ?

La tanaisie est utilisée depuis au moins le Moyen Age en cuisine mais attention, mieux vaut le faire avec parcimonie et en toute petites quantité.

Son odeur est camphrée et son gout très amer et poivré. On l’utilise comme aromate en petite quantité pour remplacer des épices comme le clou de girofle, le poivre ou la cannelle. Elle entre dans la composition de  certaines boissons et liqueurs (peut-être même dans la recette secrète de la  Chartreuse). 

En général pour l’utiliser en cuisine, notamment dans les desserts, on fait infuser les feuilles ou les fleurs dans de l’eau ou du lait ce qui enlève l’amertume. On trouve facilement des recettes l’utilisant, notamment mariée à du chocolat.

Elle est utilisée comme plante médicinale grâce à ses propriétés vermifuges, toniques, digestives, ou pour soigner les rages de dents. 

Mais ATTENTION, ne jamais consommer enceinte, car elle a des propriétés abortives. Elle contient une substance toxique à haute dose le thuyone qui peut provoquer des convulsions ou des hallucinations.

On peut se frotter la peau avec les feuilles ou les fleurs pour éviter les morsures de tiques.trè

Articles similaires :

Pailler son potager en automne pour ne plus le bêcher
L’impact des jardins de graviers sur le réchauffement
Quelle est la différence entre le terreau et la terre végétale ?